Le rêve bleu de Chefchaouen au Maroc

C’est un rêve bleu. Un mirage de touareg enroulé dans un chèche indigo. Un chromo délavé sorti d’une toile impressionniste. Le petit village de Chefchaouen n’est pas bordé par la mer mais ça n’empêche pas ses habitants de colorer en azur leurs habitations. On doit se pincer pour y croire tant c’est beau et surnaturel. Des dizaines de maisons blanches aux fondations peinturlurées dans une infinie de déclinaison de bleus. Des ruelles qui forment comme un chemin vers le ciel aussi bleu que les pavés. Chefchaouen est une vision onirique de Schtroumpf sous viagra. Du bleu, du bleu, du bleu !

Dans ce nord du Maroc qui échappe encore pour un temps au tourisme de masse, il faut parcourir une route pas toujours bien pavée depuis Tétouan, la grande ville de la région, pour rejoindre ce village entouré de monts du Rif. Mais le plaisir de se perdre dans les ruelles imbriquées qui vous font voir la vie en bleue mérite bien ce trajet. Ici, la vie coule lentement. On mange les légumes bio cultivés dans les jardins en terrasse. Et l’on se relax en fumant la spécialité du coin, de la marijuana cultivée un peu partout autour. Eh oui, Chefchaouen est aussi la capitale de la culture du haschich dans le nord Maroc ! Mais, honnêtement, pas besoin de fumer pour être transporté par cette ville bleue irréelle. Chefchaouen est la ville la plus photogénique qui existe, comme si elle avait été bâtie pour faire la promotion d’Instagram ! Pourtant, ici, on vit encore loin de ce monde numérique où l’on appose un filtre pour repeindre le moindre cliché. Vous n’aurez pas besoin de tricher pour rendre vos souvenirs de vacances terriblement « likables » 😉

Alors, perdez-vous dans la casbah de Chefchaouen. Suivez les chats qui sont les vrais gardiens de la cité. Et arrêtez-vous à l’un des nombreux fours collectifs où chaque famille amène son pain pour le cuire. Puis, tout simplement, laissez-vous enchanter par le charme inouï de Chefchaouen la bleue et mystérieuse cité dont personne ne sait vraiment pourquoi ses habitants badigeonnent leurs maisons de peinture. Certains parlent des juifs venus d’Espagne qui auraient importé cette couleur. D’autres, plus prosaïques assurent que le bleu fait fuir les moustiques, que cette couleur symbolise une source locale ou encore reflète la mer qui est pourtant à plus de 30 km de là… Mais qu’importe la raison de ce rêve bleu, au final. On ferme les yeux et il fait bleu encore, partout, et c’est parfait comme ça.

 

Le Sofitel Tamuda Bay : pour une nuit bleue

Une fois redescendu de la montagne, attiré, forcément, par la mer méditerranée toute proche, vous serez forcément captivé par cet immense bloc bleu qui, tel un phare, signale la présence du nouveau Sofitel Tamuda Bay. Là aussi, le bleu est à l’honneur dans cet hôtel au design résolument moderne et pop, bien éloignée de l’esthétique parfois pseudo vintage des riads marocains destinés aux touristes. Ici, l’architecte Galal Mahmoud a joué la carte de l’audace en mariant des touches d’architecture marocaine modernisées, comme le moucharabieh qui recouvre les espaces vitrés, avec des décors inspirés des grands peintres français comme Matisse ou Braque.

On pénètre donc dans cet immense cube bleu entouré de bâtiments blancs pour découvrir un lobby lumineux avec un atrium rehaussé de coussins de couleurs vives. Du mobilier en rotin et tissus très Art Déco côtoient une immense peinture géométrique. Toutes les chambres ouvrent sur une piscine et des bassins multiples qui s’entremêlent dans un jeu de jambes sensuel. Et, plus loin, la mer, toute proche où les transats, bleus, évidement, s’alignent. Des chambres blanches rehaussées de couleurs vives. Mais aussi des villas privées pour abriter toute la tribu dans un écrin douillet. Un restaurant où l’on regarde les cuistots s’affairer et un spa qui offre les délices de l’orient. Tout cela situé à côté de la résidence d’été du roi du Maroc, Mohammed VI, qui aime y passer tous ses étés et y accueillir toute la bourgeoisie et jet set marocaine qui a décidé de faire de ce morceau de côte, face à l’Espagne, le nouveau Saint-Tropez du pays.

Le Sofitel, inauguré à l’été 2016, a été voulu par « le palais » pour héberger toute ce petit monde qui vient y faire la fête durant l’été. La clientèle étrangère est encore minoritaire mais y résider, hors saison lorsque les prix sont plus sages, c’est à dire au printemps ou mieux début septembre, lorsque le soleil a chauffé la grande bleue tout l’été, est la meilleure option. On profite alors du calme revenu après la frénésie estivale. Le Roi est reparti dans un autre de ses palais. La plage redevenu calme, s’offre à vous. Et de ce bel hôtel au confort parfait et au design so chic, on rêve de la cité bleue si proche et pourtant tellement éloignée…

Informations pratiques : Sofitel Tamuda Bay

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s